Mouvement social à Pinel : L’envers du décors… 11 octobre 2018

Mouvement social à Pinel : L’envers du décors… 11 octobre 2018

La bienveillance populaire et médiatique dont bénéficie le mouvement en cours ne doit pas masquer la réalité de la vie dans les services.

Derrière le côté parfois festif voire convivial perçu de l’extérieur, une toute autre réalité se dégage au sein de l’établissement.

Beaucoup d’agents s’interrogent sur la pertinence du mouvement, sur sa forme, sa durée, sans avoir nécessairement un positionnement tranché.

Un sentiment de lassitude traverse le personnel car le climat social commence à devenir sérieusement délétère. Les agents rencontrent de plus en plus de difficultés à travailler ensemble au quotidien. Les relations entre ceux qui sont dans le mouvement, ceux qui hésitent et ceux qui restent en dehors sont difficiles, le ressenti est fort.

Pour la CFDT, ce n’est pas parce que l’on ne partage pas la totalité des positionnements ou des moyens d’actions qu’on ne peut pas avoir des revendications communes de façon ponctuelle et ciblée. Les différences de vue et d’appréciations ne doivent pas engendrer le sectarisme.

Quand il existe, le débat peut être salutaire et produire des choses positives, à condition que l’ensemble des parties le souhaitent.

C’est dans cet esprit de tolérance et de respect mutuel que la CFDT avait convié l’ensemble des organisations syndicales locales à une rencontre le 21 septembre, sans succès…

Un checkpoint anxiogène pour le personnel

Le climat s’alourdit dès l’entrée de l’établissement avec la présence d’un « filtrage » de plus en plus pesant où de nombreux agents se sentent stigmatisés. Ils ne supportent plus ce qu’ils vivent comme un flicage et arrivent au travail la boule au ventre à l’idée de se confronter à quelques agités intolérants, adeptes de la Pensée Unique.

Des militants CFDT cloués au pilori

Si depuis le début du mouvement, la CFDT a toujours respecté les militants de Pinel en Lutte, la réciproque est loin d’être vraie. Nos militants, qui sont vos collègues de travail, essuient régulièrement des insultes. Seule l’une des responsables de Pinel en Lutte ne s’en est pas encore rendue compte si l’on en croît la Presse du jour.

La réunion du vendredi 5 octobre a été suivie d’un déferlement de commentaires haineux sur le site Facebook de Pinel en Lutte à l’encontre de la CFDT et de ses représentants. Nous ne reviendrons pas sur les références douteuses aux heures sombres de notre Histoire qui, nous en profitons pour le rappeler sont bien évidemment condamnables en Justice et constituent également une véritable insulte à tous ceux qui ont souffert du nazisme ou en sont morts.

Les représentants de Pinel en Lutte qui avaient tout de même décliné 8 invitations de la Direction à venir négocier ont probablement mal supporté le choc et s’en sont pris aux représentants CFDT, les accusant de tous les maux et les affublant de qualificatifs peu amènes.

Lors de la réunion du 5 octobre, la présence de la CFDT ne leur convenant pas, les membres de Pinel en Lutte ont quitté la salle. Les représentants de la CFDT ont fait appel à l’inspection du travail. Ils demandent au Directeur la tenue d’un CHS-CT extraordinaire afin d’y évoquer le climat délétère qui règne dans l’établissement. Ce CHS-CT se tiendra ce vendredi 12 octobre.

La Direction de Pinel rappelée à son devoir

La CFDT tient à rappeler que la protection des agents d’un établissement relève des prérogatives du Directeur, et qu’il n’est pas envisageable que celui-ci reste témoin passif face à de tels comportements.

Nous invitons tous ceux qui souffrent aujourd’hui de cette situation à se rapprocher de la médecine du travail et du psychologue du travail.

Quelles perspectives désormais ?

La conviction profonde de la CFDT c’est que seule la restauration d’un véritable dialogue social peut permettre une issue positive à cette crise et redonner des perspectives au personnel. Les actions « coup d’éclat » relayées par les médias trouvent à l’évidence très rapidement leurs limites en termes d’efficacité.

Pour sa part la CFDT poursuit le travail engagé sur différents dossiers et rencontrera à nouveau le Directeur dans les prochains jours pour tenter d’avancer sur nos revendications et d’apporter du concret aux salariés dans leur quotidien professionnel.
-  Précarité : la problématique des CDD sera une priorité. Comment attendre un investissement de salariés qui ignorent s’ils feront encore partie du personnel le mois suivant.
-  Communication : Médiocre, voire inexistante. Quotidiennement les agents ont à gérer des situations de dernière minute du fait d’une absence de communication en amont. La CFDT posera des exigences sur le sujet. L’absence totale de retour sur les projets type petite enfance dénote également les difficultés de communication avec les médecins.
-  Déroulements de carrière : les départs d’agents disposant d’un grade élevé n’ont pas donné lieu à des avancements de grades pour le personnel en place. La CFDT recense les avancements possibles et effectuera une demande en ce sens à la Direction.
-  Remplacements des départs en retraite : Plusieurs services, notamment techniques et administratifs sont en attente du remplacement des agents partis en retraite. La CFDT demande leur remplacement rapide car ces agents ont une importance primordiale pour le bien être des patients.
-  Externalisation : la tendance à externaliser certaines prestations (techniques, entretien, ménage) pour des raisons économiques n’est pas sans poser problème. La CFDT demande un état des lieux précis sur le sujet et demande que ce recours reste exceptionnel.

Pour télécharger le tract :

PDF - 179.2 ko